idees_recues

Idées reçues de la Médecine du Travail

Quelques idées reçues concernant la Médecine du Travail sont explicitées dans cet article.

 

Vous vous posez d'autres questions sur le suivi individuel ? La réponse se trouve peut-être sur notre page de foire aux questions !

Idées reçues

Idée reçue n°1

Mon médecin du Travail, je vais le voir tous les 5 ans

Le suivi de santé est adapté par le médecin du travail en fonction : du métier, de l’environnement du travail, des risques, de l’âge du salarié et de son état de santé. C’est le médecin du travail qui établit par protocole la périodicité et les modalités de suivi dans un délai maximal de 5 ans. Il débriefe régulièrement avec son équipe, les interlocuteurs que vous ou vos salariés rencontrez afin de pouvoir adapter le suivi de santé individuel de chaque travailleur.

A tout moment, vous pouvez demander à voir votre médecin du travail. Par ailleurs, en cas d’arrêt de travail prolongé, vous rencontrerez automatiquement votre médecin du travail à la reprise de votre activité. Si le salarié est concerné par des dispositions complémentaires, le délai maximal est raccourci.

Idée reçue n°2

Lorsque je recrute un salarié, je n’ai plus de visite d’embauche à prévoir.

La visite d’embauche devient la visite d’information et de prévention pour les salariés non concernés par des risques professionnels particuliers. Elle reste obligatoire sauf si le salarié est en possession d’une attestation pour un poste similaire depuis moins de 5 ans. Un examen médical d’aptitude est toujours nécessaire pour les salariés soumis à des risques particuliers. Dans les deux cas, l’employeur doit demander un rendez-vous auprès de son service de santé au travail.

Idée reçue n°3

La « médecine du travail », c’est une médecine à deux vitesses aujourd’hui.

Aujourd’hui, c’est le médecin du travail qui établit le protocole de suivi de santé le mieux adapté au salarié selon son métier, ses conditions de travail, son âge et son état de santé. La nouvelle réglementation permet de sortir d’un systématisme qui n’avait pas fait ses preuves et offre une vision plus pragmatique du suivi de santé.

Idée reçue n°4

En tant qu’employeur, je paie une cotisation chaque année et je ne vois pas le médecin du travail.

La cotisation à un service de santé est obligatoire pour toutes les entreprises, à partir du premier salarié. Ce coût est mutualisé, comme pour une assurance ou une mutuelle de santé et nous permet de proposer un service dès que la santé de l’entreprise ou de ses salariés est menacée : visite de reprise, intervention sur les RPS, examen sur le plateau médical… Le suivi de santé proposé est inscrit dans une démarche globale de prévention qui a été adaptée par votre médecin du travail pour votre entreprise. Aide à l’évaluation des risques, conseils de prévention, participation au CHSCT, visite des lieux de travail, étude de poste, réalisation de mesures métrologiques, animation de campagnes d’informations, formation aux risques… sont autant d’actions sur lesquelles vous pouvez mobiliser votre Service de Santé au Travail. Par ailleurs, le SIST Centre Alsace est une association de loi 1908 à but non lucratif dont l’objectif n’est pas de faire des bénéfices. Notre maître mot n’est pas rentabilité mais d’optimiser l’ensemble de ces moyens, à votre service, en équilibrant nos comptes.

A lire également

Retrouvez sur cette page quelques informations sur les coups de chaleur et comment les prévenir...

 

Un guide pour vous aider à bien choisir le suivi médical adapté pour votre apprenti...

 

Pourquoi et comment faut-il les déclarer ?

Le centre de Guebwiller est actuellement en travaux

De nouvelles plaquettes de prévention ont été ajoutés à notre espace documentation.

Venez les découvrir !

La loi du 8 Août 2016, dite « Loi Travail » et le décret du 27 Décembre 2016 relatif à la Modernisation de la Médecine du Travail modifient en profondeur les modalités de suivi de l’état de santé des travailleurs.

A l’heure actuelle, les cas de burn-out, ou syndrome d’épuisement lié au travail, ne cessent de se multiplier.