Covid-19 et canicule

Masques, ventilation, aération… les mesures sanitaires pour prévenir la propagation du coronavirus sont-elles compatibles avec les recommandations pour gérer les risques liés aux fortes chaleurs ?

 

Le Haut Conseil de la Santé Publique a mentionné le fait qu’ « Il n’y a pas d’incompatibilité véritable entre les mesures barrières et les recommandations sanitaires du plan canicule ». L’instruction interministérielle du 29 mai 2020 précise les adaptations en la matière.

Pour mémoire, la réglementation ne définit pas le travail à la chaleur, cependant, au-delà de 30°C pour une activité sédentaire, et 28°C pour un travail nécessitant une activité physique, la chaleur peut constituer un risque pour les salariés.

Il convient de continuer à appliquer les recommandations générales en cas de fortes chaleur (hydratation, pauses, aménagement des horaires, …), mais des dispositions sont à prendre concernant la ventilation, la climatisation et l’aération.

Les points de vigilance sont :

  • La contre-indication d’emploi de ventilateurs dans les espaces collectifs clos ou semi-clos quand plusieurs personnes sont présentes en même temps (même porteuses de masques), si le flux d’air est dirigé vers les occupants.
  • Interdiction d’utiliser des ventilateurs de grande taille, par exemple situés au plafond.
  • Si l’emploi de ventilateurs individuels est indispensable : placer ces derniers au plus près des personnes, diminuer la vitesse de l’air soufflé, assurer la distanciation physique entre les occupants du local, éviter qu’une personne ne se trouve dans le flux d’air du ventilateur d’une autre (au besoin utiliser des écrans pour casser le flux).
  • La climatisation n’est à utiliser dans des locaux occupés par plusieurs personnes que pour assurer « des conditions de travail acceptables » : en limiter les débits de soufflage (les personnes ne doivent pas ressentir de courants d’air).
  • L’entretien des installations de ventilation et de climatisation doit être assuré régulièrement conformément aux prescriptions de leurs fournisseurs.
  • Continuer à aérer régulièrement les espaces clos en ouvrant grand les fenêtres au minimum pendant 10 à 15 min deux fois par jour (même avec présence d’un ventilateur ou d’un climatiseur). En cas de forte chaleur, privilégier l’aération au moment où la température extérieure est inférieure à la température intérieure.

Le document unique d’évaluation des risques professionnels est à mettre à jour en incluant, entre autres, les risques liés au Covid 19, à l’ambiance thermique ainsi que les spécifiés des tâches réalisées et l’état de santé des personnes. Il convient selon les conclusions de cette évaluation de mettre en place des dispositions telles que : l’aménagement de la charge de travail, des horaires, l’ajustement de l’organisation du travail, de la liste des salariés bénéficiant du télétravail. Dans certains cas, l'arrêt des travaux peut être nécessaire.

Selon l’INRS, en cas de forte chaleur, l’usage du masque doit être réservé aux situations incompatibles avec la distanciation physique. Il doit être retiré dès qu’il est humide ou mouillé. Il est important de se laver les mains avant de boire, sans faire glisser le masque sur le cou ni le remonter sur le front. Il faut le décrocher d’un côté en ne touchant que l’élastique, le laisser pendre pendant qu’on boit, puis le repositionner. Des visières (ou écrans faciaux) peuvent également être proposées, en complément du masque, en cas de contact rapproché avec du public ne portant pas de masque.
Il est nécessaire de privilégier, lorsque cela est possible, une organisation permettant d’éviter le port du masque.
Il convient de ne pas faire l’impasse sur les autres risques et de continuer à porter les autres équipements de protection individuelle tels que les chaussures de sécurité et le casque de chantier.

Liens utiles :

https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/instruction_interministerielle_canicule_covid19_29052020.pdf
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/covid-19-aeration-ventilation-climatisation.pdf
https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/fiche_covid_19_-_canicule_ventilation_climatisation.pdf
http://www.inrs.fr/publications/essentiels/travail-forte-chaleur.html
http://www.inrs.fr/risques/covid19-prevention-entreprise/ce-qu-il-faut-retenir.html
http://www.inrs.fr/header/presse/Covid-19-et-travail-par-forte-chaleur.html

A lire également

Le SIST Centre Alsace est en activité pendant cette période de crise. Il est mobilisé aux côtés des entreprises et des salariés qui continuent à travailler.

Toutefois, pour lutter contre la propagation du virus Covid-19, le SIST Centre Alsace met en place des mesures exceptionnelles.
Lire la suite de cette information pour en connaître les détails...

Le ministère du Travail a publié un protocole national de déconfinement pour aider et accompagner les entreprises et les associations, quelles que soient leur taille, leur activité et leur situation géographique, à reprendre leur activité tout en assurant la protection de la santé de leurs salariés grâce à des règles universelles.

 

Mise à jour du 25/06/2020

Nouvelle version publiée le 24 juin 2020

GEST, l’association Grand Est des services de santé au travail se mobilise à vos côtés pour vous proposer des webinaires gratuits :

 

Pour aider les entreprises de moins de 50 salariés et les travailleurs indépendants à prévenir la transmission du COVID-19 au travail, l’Assurance Maladie – Risques professionnels propose la subvention « Prévention COVID ».

 

Un guide pour vous aider à bien choisir le suivi médical adapté pour votre apprenti...

 

Pourquoi et comment faut-il les déclarer ?

Quelques idées reçues concernant la Médecine du Travail sont explicitées dans cet article.

 

Vous vous posez d'autres questions sur le suivi individuel ? La réponse se trouve peut-être sur notre page de foire aux questions !

De nouvelles plaquettes de prévention ont été ajoutés à notre espace documentation.

Venez les découvrir !

La loi du 8 Août 2016, dite « Loi Travail » et le décret du 27 Décembre 2016 relatif à la Modernisation de la Médecine du Travail modifient en profondeur les modalités de suivi de l’état de santé des travailleurs.

A l’heure actuelle, les cas de burn-out, ou syndrome d’épuisement lié au travail, ne cessent de se multiplier.